BREF HISTORIQUE……

 

      À l’origine un groupe dont les visées sont sociales, l’Écho Beauceron, d’abord connu sous le nom de « Ligue des citoyens juniors »,  n’avait rien de musical. Le projet de créer un groupe pour faire l’échange de points de vue et mettre sur pied différentes activités fut lancé par M. Jules Maheux, le fondateur, à qui vinrent se joindre quelques jeunes gens. L’idée de former une chorale germa bientôt et c’est à la fin de 1960 qu’eut lieu, à la salle paroissiale, la première répétition. D’abord sous la direction de Eddy Hall, le groupe donne son premier concert en décembre 61. Le nom d’Écho Beauceron devient officiel en février 62 et Rémi Morin succède à M. Hall en mai de la même année.


         Dès lors, le groupe vocal ne cesse de se perfectionner, de se renouveler. Ses apparitions à CHLT-TV (où il se mérite trois trophées), son adhésion à l’Alliance chorale canadienne, sa participation aux Choralies internationales de Vaison-la-Romaine (France), ses  prestations à Québec, Trois-Rivières et Montréal (Expo 67) n’empêchent pas l’Écho de s’agrandir en laissant  la chorale de l’Assomption se joindre à lui. Réunis sous la direction d’Edmour Bélanger,  les 35 membres de celle-ci  s’ajoutent aux 40 membres de l’Écho Beauceron pour ne plus former qu’un groupe.


         Tout s’enchaîne à une vitesse fulgurante : concerts au succès sans précédent, ajout d’instruments de musique, festivals régionaux et incorporation se mêlent aux multiples activités du groupe. Le 5 décembre 67, l’Écho est doté d’un siège social, d’un sceau et d’une charte. Au fil des ans, aux concerts réguliers s’ajoutent  différentes activités et l’accueil de groupes de l’extérieur.  L’invitation des paroisses du coin ne peut être refusée : des églises  accueillantes se transforment pour un soir en salle de spectacle.

          En 74, Jacques Mercier succède à Edmour Bélanger comme chef de chœur. Sous le signe du renouveau, on tente l’expérience d’un spectacle de petits groupes, ponctué de quelques pièces interprétées par l’ensemble, mais on revient au style traditionnel en 76. Gatienne Gilbert et Fabienne Cayer remplaceront Jacques Mercier et seront elles-mêmes remplacées par Ruth Baillargeon en 77, Thérèse Demers en 78, Frances Donovan  et Johanne Ouellet de 79 à 81 et Marie Moisan de 81 à 85.


          Retrouvailles du 20e, réception des Français et du groupe « Sérénade » du Cap-de-la-Madeleine, concerts à l’hôpital, participation à des oeuvres humanitaires locales, festivals, concerts dans les Foyers, visiteurs de Toronto, voyage-échange avec une chorale de Carleton, fête du 25e et concerts annuels occupent les membres. C’est au cours de 87 que Johanne Ouellet fait un retour et remplace Jean-Pierre Champagne, en poste comme chef de chœur en 85-86. Deux autres directeurs succéderont à Johanne pendant la 4e décennie : Patrick Gravel (96-97) et Vincent Quirion ( 1998-2002).


           L’Arboretum, le complexe funéraire Sartigan, la Polyvalente Bélanger, l’église de Cumberland, le Mondial choral, Kinnear’s Mills, le 150e de Saint-Georges, le rassemblement de St-Joseph, les fins de semaine chantantes de Beauport, le Festival d’été de Québec, autant d’activités de la 5e décennie, pendant laquelle deux autres chefs de chœur prendront  place : Michel Hébert ( 2002 à 2004), Johanne Bolduc (2005 à ????).  L’Écho beauceron : une belle histoire!  M.G.

Dernière mise à jour par : Admin et photographe 5 oct. 2009.

© 2021   Créé par Echo Beauceron.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation